Sophia

31/7/2014

Cahiers de l’Hermétisme : L’ASTROLOGIE

Classé dans: — admin @ 10:00 pm

Selon l’avant-propos de André Barbault et Antoine Faivre:

Dans l’ordre de l’intérêt porté par les hommes aux doctrines traditionnelles, l’Astrologie occupe la première place, au point d’être devenue un phénomène de société dans la vie d’aujourd’hui. Fabuleuse est son histoire, qui la pose comme monument du savoir humain, transmis de civilisation en civilisation jusqu’à notre culture occidentale, son crépuscule au XVIIe siècle paraissant de plus en plus n ‘avoir été que l’avatar d’un refoulement. VOIR ICI

Corbin : Histoire de la philosophie islamique

Classé dans: — admin @ 10:37 am

Quelques lignes sont nécessaires pour expliquer l’intitulation et la structure de la présente étude, pour laquelle nous n’avions guère de devanciers qui nous aient frayé la voie.

1. Tout d’abord nous parlons de « philosophie islamique » et non pas, comme l’usage en prévalut longtemps depuis le Moyen Age, de « philosophie arabe ». Le prophète de l’Islam était, certes, un Arabe d’Arabie; l’arabe littéral est la langue de la Révélation qorânique, la langue liturgique de la Prière, la langue et l’outil conceptuel qui furent utilisés par des Arabes comme par des non-Arabes, pour édifier l’une des littératures les plus abondantes du monde, celle où s’exprime la culture islamique. Cependant, le sens des désignations ethniques évolue avec les siècles. De nos jours le terme « arabe » réfère, dans l’usage courant comme dans l’usage officiel, à un concept ethnique, national et politique précis, avec lequel ne coïncident ni le concept religieux « Islam » ni les limites de son univers. Les peuples arabes ou arabisés ne sont même qu’une fraction minoritaire dans la totalité du monde islamique. L’oecuménicité du concept religieux « Islam » ne peut être ni transférée ni restreinte aux limites d’un concept ethnique ou national, profane. C’est une évidence qui va de soi pour quiconque a vécu en pays d’Islam non arabe.
(more…)

Festugière : LE DIEU INCONNU ET LA GNOSE

Classé dans: — admin @ 10:05 am

Le Dieu qui crée le monde et le gouverne est naturellement connu par la contemplation de l’ordre du monde. Mais le Dieu transcendant au monde, et qui non seulement n’a pas créé le monde puisque le monde est matière, mais est totalement éloigné du monde et en quelque sorte opposé au monde, ce Dieu-là peut-il encore être connu, et, s’il l’est, de quelle manière? Voilà le problème que pose cet ouvrage, par lequel s’achève notre étude de la philosophie religieuse sous l’Empire. Il est divisé en deux parties.

VOIR ICI

Réalisé avec WordPress